Un gouvernement moribond

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Dès le début de son mandat, le gouvernement Couillard s’est fixé comme objectif de « mettre de l’ordre dans les finances publiques » en instaurant un régime d’austérité qui a vite fait de déstabiliser les services à la population, notamment en santé et en éducation.

Il n’en fallait pas davantage pour que le PLQ ne s’enlise dans la défaveur de l’électorat qui a atteint son point culminant lors des dernières élections partielles où il a vu fondre sa performance comme neige au soleil, particulièrement dans Saint-Jérôme et Marie-Victorin. Une sonnette d’alarme significative que Philippe Couillard ne peut balayer du revers de la main.

C’est sans compter les nombreux soubresauts auxquels le PLQ a été confronté relativement aux déboires suscités par Sam Hammad, Jacques Daoust et Gerry Sklavounos, et au remboursement de 550 000 $ au Directeur général des élections, pour des contributions reçues illégalement dans le passé.

Dans ces circonstances, Philippe Couillard s’apprête à remanier son cabinet dans l’espoir de remobiliser ses troupes et reconquérir la faveur populaire. Une stratégie qui, à mon avis, sera perçue comme un coup d’épée dans l’eau de la part d’un gouvernement moribond qui ne fait que récolter les écueils d’un passé dominé par la corruption et les surplus budgétaires grugés vicieusement dans les poches des contribuables au détriment des services à la population.

Henri Marineau

Québec, Qc

Organisations: PLQ

Lieux géographiques: Saint-Jérôme

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires