Tribune libre: Delisle débouté

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

OPINION. La saga interminable à laquelle se livre l’ex-juge Jacques Delisle avec la justice a franchi une énième étape à la suite de la décision du juge Benoît Moulin de rejeter la requête du requérant, alléguant, entre autre, que la «confiance du public dans l’administration de la justice commande que monsieur Delisle continue de purger sa peine» et que «son âge [81 ans] et le soutien dont il bénéficie de la part de ses proches et de plusieurs ex-collègues, de même que la conviction que certains expriment quant à son innocence, ne diminuent en rien cette conclusion.»

Rappelons les derniers événements. Devant les refus de la Cour d’appel et de la Cour suprême d’ordonner un nouveau procès, Jacques Delisle dépose au printemps 2015 une demande de révision ministérielle auprès de la ministre fédérale de la Justice. En août 2016, le Groupe de la révision des condamnations criminelles à Ottawa accepte d’enquêter sur ce possible cas d’erreur judiciaire. L’ex-juge dépose alors une requête pour obtenir sa libération conditionnelle, le temps que l’enquête soit complétée. Résultat? Delisle est débouté.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Jacques Delisle fait preuve d’une détermination (ou d’un entêtement) peu commun. Partant du fait que l’ex-juge a été condamné devant jury pour le meurtre prémédité de son épouse Nicole Rainville survenu en 2009 et que la Cour d’appel et la Cour suprême ont refusé d’ordonner un nouveau procès, je suis d’avis qu’il n’a guère d’autre choix que de continuer à purger sa peine derrière les barreaux. 

Par Henri Marineau, Québec

Organisations: Cour d’appel, Cour suprême, Groupe de la révision des condamnations criminelles

Lieux géographiques: Ottawa, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires