Wendake, le «trésor» de Robert Lepage

Luc
Luc Fournier
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L’acteur et metteur en scène Robert Lepage était à Wendake mardi, pour donner des détails sur La Tempête, une pièce de Shakespeare qui sera présentée tout le mois de juillet à l’amphithéâtre extérieur. Celui qui a fait le tour du monde avec ses oeuvres demeure malgré tout grandement inspiré par les traditions et le peuple hurons-wendat. Son patelin, en fait.

Pour Robert Lepage, Wendake était l’endroit tout désigné pour présenter cette pièce de Shakespeare. (Photo Luc Fournier)

Robert Lepage dit avoir cherché les racines du théâtre en Europe. Il a ensuite compris que c’était plutôt en Asie qu’il les trouverait, pour finalement s’apercevoir qu’il y avait là, «l’autre côté de la rivière», quelque chose d’encore plus grand. «On est toujours assis sur notre trésor et on ne le sait pas», dit-il en parlant de Wendake. Lui, vient de Château-d’Eau, à quelques coups de rame de là.

Ce qui l’inspire le plus du peuple huron-wendat est le fait que ce soit un carrefour avec des influences diverses. Une communauté autochtone plus urbaine où «le trafic des idées est peut-être plus facile», où les alliances et le métissage ont eu pour effet d’enrichir ce peuple.

«Ce thème de métissage, c’est quelque chose qui me parle beaucoup», dit le metteur en scène. Le métissage des idées, particulièrement. La distribution est d’ailleurs composée d’autochtones et de non-autochtones.

Et le lieu est important, pour Lepage. Un des plus grands acteurs shakespeariens, Edmund Kean, est passé par ce qu’on appelait à l’époque La Jeune-Lorette. Lepage raconte qu’il ne voulait plus s’en retourner. «Il a récité Shakespeare ici!», dit le metteur en scène, émerveillé.

La pièce qu’il a mise en scène à plusieurs occasions sera montée «sous un nouveau regard», a souligné Robert Lepage. D’autant plus que l’histoire – qui a été écrite en 1611, peu après la fondation de Québec – se passe sur une île. Et Wendake veut dire «île». Bref, les raisons qui font du Village-Huron le lieu idéal pour la présentation de cette pièce ne manquent pas.

Surtout, elle ne fera pas l’objet d’une tournée. C’est donc le seul endroit où il sera possible de voir cette adaptation de La Tempête. Une adaptation qui mettra en relief le thème de la réconciliation.

Pour le Grand Chef Konrad Sioui, il s’agit là d’un «levier exceptionnel pour Wendake, tant au plan touristique qu’économique. La notoriété de Robert Lepage et d’Ex Machina ne peut qu’avoir des retombées positives pour nous.»

Le spectacle est présenté à 21h30 du mardi au samedi du 1er au 30 juillet, en plus des dimanches 3 et 10 juillet.

Organisations: Ex Machina

Lieux géographiques: Europe, Asie, Québec La Tempête

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Artial : art et social
    30 juin 2011 - 11:05

    Artial a encore 10 billets pour la représentation de ce samedi 2 juillet. Réservez le vôtre en écrivant à info@artial.qc.ca. Artial est un organisme à but non lucratif visant à sensibiliser le public québécois à l'art autochtone. Pour en savoir plus, visitez notre site à http://artial.qc.ca. Le prix du billet est de 46$ toutes taxes et frais inclus, ce qui représente une économie de 6$ grâce au tarif de groupe.

  • Suzanne
    11 mai 2011 - 07:59

    Je suis tellement contente de voir que certains se rendent comptent à quel point les amérindiens sont intéressants, sur plusieurs points, merci Mr Lepage, et si je le peux, j'irai sur place pour votre pièce et pour voir ces artistes à l'oeuvre, quelle chance ! J'ai toujours voulu les connaîtres de plus près mais je n'ose pas faire le premier pas, vous nous en fournissez l'occasion merci encore ! PS ; pourtant ma grand-mère est amérindienne 100% mais ne m'en a jamais parlé, quelle tristesse.