70 000 $ pour utiliser Twitter en classe

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La vice-première ministre et ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Line Beauchamp, a accordé une aide financière de 71 750 $ à l'Institut de twittérature comparée. Grâce à cette somme attribuée dans le cadre du Programme de recherche sur l'écriture, cet organisme sans but lucratif pourra réaliser un projet de recherche-action portant sur l'utilisation en classe d'un outil inspiré de Twitter pour développer la compétence à écrire des élèves du secondaire.

Twitter est désormais un outil pédagogique dont les projets sont soutenus par le Gouvernement du Québec.

La twittérature consiste à utiliser le site de réseautage Twitter comme un canal de diffusion d'œuvres littéraires très courtes, ne dépassant pas 140 caractères, espaces et ponctuation inclus.

«L'utilisation du réseau Twitter en classe peut poser certains problèmes, notamment en ce qui a trait à la sécurité de l'information et à la confidentialité. J'ai donc répondu favorablement à la demande des créateurs de l'Institut afin qu'ils développent un site de microblogue destiné uniquement au monde scolaire et qui permettra aux enseignantes et enseignants de commenter et de corriger les productions écrites des élèves avant leur publication. La twittérature en classe sera aussi facilitée par l'utilisation du tableau blanc interactif qui devrait, d'ici quelques années, être présent dans toutes les écoles du Québec», a mentionné la ministre.

Jean-Yves Fréchette, co-fondateur de l'Institut de twittérature comparée se réjouit de l'aide financière qui lui permettra de réaliser un projet de recherche-action. «Les médias sociaux, et Twitter en particulier, sont des outils que les pédagogues ne peuvent plus ignorer. La recherche que nous commençons nous permettra de déterminer les conditions optimales d'utilisation de certains outils du Web 2.0 dans un contexte de pédagogie d'écriture. Nous sommes persuadés que tous ces efforts contribueront à augmenter la qualité du français et à stimuler l'intérêt des jeunes pour l'écrit.»

La ministre s'est dite agréablement surprise par les créations littéraires d'élèves de la cinquième secondaire d'une école de la région de Québec, rédigées sous forme de «tweets»: «La twittérature est un outil de création ludique et stimulant pour les élèves. Ces derniers doivent notamment résumer clairement une idée en seulement quelques mots, ou encore respecter certaines contraintes comme l'utilisation d'un style littéraire bien précis», a souligné Mme Beauchamp. «Bien entendu, la pratique en classe de la twittérature ne remplacera jamais les productions écrites plus élaborées, mais elle vient plutôt diversifier les activités pédagogiques proposées en classe», a-t-elle ajouté.

Annie Côté, enseignante de français en cinquième secondaire à l'école secondaire Saint-Pierre et des Sentiers de Charlesbourg, a d'ailleurs proposé à ses élèves de rédiger huit devoirs sur des thèmes précis, le tout sur la plateforme Twitter. «Mon projet de twittérature a permis à mes élèves de goûter le plaisir d'écrire et de ressentir la fierté d'être lus, tout en apprenant que la langue française se vit aussi hors de la classe. C'est donc avec enthousiasme que j'ai accepté de participer au projet de recherche-action de l'Institut de twittérature comparée», a-t-elle fait savoir.

Source: CNW

Membre du Groupe Québec Hebdo

Organisations: école secondaire Saint-Pierre, Québec Hebdo

Lieux géographiques: Région de Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires