Défi vert de Québec : l’écologie à travers tout le reste

Nicolas
Nicolas Bégin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Élection municipale de novembre prochain

Mine de rien, les membres du Défi vert de Québec, parti fondé en mai 2007, se préparent à aller au front à l’élection de novembre prochain. Certes, la formation parle d’écologie, mais à travers tout le reste, c’est-à-dire les routes, les infrastructures, le déneigement, etc.

Chef du Défi vert de Québec, Richard Domm espère voir un des candidats de sa formation être élu à la prochaine élection. (Photo Nicolas Bégin)

Militant écologiste de longue date, Richard Domm, agit à titre de chef. Ancien candidat du Parti vert du Québec et de son grand frère canadien, il œuvre à faire avancer son projet en-dehors de ses heures de travail. «Nous avons de trois à cinq candidats présentement, explique-t-il. À l’heure actuelle, il n’y a personne pour se présenter à la mairie. J’ai quelques noms en tête. Des membres en ont aussi quelques-uns. Si on ne trouve pas de candidat vedette, je vais me présenter, mais à contrecœur. Je n’aime pas que la lumière soit sur moi.» À l’élection de novembre prochain, le Saskatchewannais d’origine espère voir un des candidats être élus. «Si une personne est élue, elle sera notre porte-parole à la municipalité. Lui ou elle va pouvoir parler aux médias.»

En principe, le Défi vert de Québec lancera son site Internet à la fin avril. «C’est la pierre angulaire de n’importe quel parti politique, mentionne M. Domm. On va pouvoir dire qui on est. On va pouvoir aider les citoyens à nous aider à faire le programme d’une municipalité écologiste, de justice sociale et de fiscalité responsable.»

Auteur-compositeur à ses heures, le chef a même vendu la guitare de ses rêves, une Gibson 1967, pour avoir une mise de fonds pour le site Internet. Après avoir attendu si longtemps pour la gratter, il a choisi de s’en départir un an plus tard. À travers l’écologie, la formation politique veut entre autres parler des routes, des infrastructures, de déneigement ou de sécurité et prévention. «Les meilleurs économistes, ce sont les écologistes, pense M. Domm. On ne pense pas à gaspiller. On veut produire des choses durables. Ça nous permet d’avoir de l’argent pour mettre ailleurs, dans des activités sportives et culturelles par exemple. Des valeurs différentes amènent des analyses et des choix différents.» À titre d’exemple, si Québec accueillait les Jeux olympiques, le Défi vert demanderait une compensation financière pour l’émission des gaz à effet de serre. «L’être humain a une dette écologique qui s’accumule depuis des années. Il faut commencer à compenser et à réduire cette dette.»

Pour en savoir plus au sujet du Défi vert de Québec, on peut écrire à info@defivert.ca.

Organisations: Défi vert de Québec, Parti vert du Québec

Lieux géographiques: Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires