Quand Noël se prête à la quête des origines

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Frenand Couturier de Québec nous présente le paysage du monde chrétien sous un nouvel éclairage surprenant

Si l’on vous disait que tout dans le christianisme institutionnalisé se situe dans le prolongement des mythologies anciennes et ne vient pas des enseignements ni de l’action de Jésus. En fait, on retrouve dans le christianisme des éléments tirés des cultures perse, égyptienne et gréco-romaine. Les véritables origines du christianisme ont tout pour nous surprendre.

Fernand Couturier, professeur de philosophie retraité de l’Université du Québec à Montréal, partage sa passion et les plus récentes données historiques au sujet de nos origines dans la troisième édition de son livre MOTS DE NOËL parue en octobre dernier.

Les intéressés peuvent se procurer gratuitement la version numérique de ce livre sur le site de l’éditeur, la Fondation littéraire Fleur de Lys, à l’adresse suivante :

http://manuscritdepot.com/a.fernand-couturier.2.html

 

PRÉSENTATION

Noël, célébré en liturgies et folklorisé en coutumes, est toujours occasion d’étonnement et de surprises. Histoires, chants et gestes évoquent le merveilleux originaire voire l’invraisemblable, aussi appelé mystère.

Ces Mots de Noël racontent des randonnées vers l’origine. Le paysage du monde chrétien y apparaît sous nouvel éclairage. D’abord en ses rapports déterminants avec, entre autres, les cultures perse, égyptienne et gréco-romaine, et aussi en rupture avec le judaïsme traditionnel. Puis, Yehoshua ou Jésus de Nazareth, personnage central du Nouveau Testament, se comprenant effectivement comme messie hébraïque, ne se perçut pas pour autant comme dieu. La divinité lui fut attribuée plus tard par Paul ou Saoul de Tarse en suite d’une illumination particulière et selon la tradition des sauveurs divins mythologiques. Hormis l’essentiel message d’amour, de justice et de paix, tout du christianisme institutionnalisé se situe dans le prolongement des mythologies anciennes et ne vient pas des enseignements ni de l’action de Yehoshua.

Invitation à repenser les rapports de l’humain au divin.

Nouvelle matière à étonnement.

 

AU SUJET DE L’AUTEUR

Né en 1928 à Saint-Joseph du Madawaska au Nouveau-Brunswick dans une famille paysanne, l'auteur fait ses études classiques au Collège de Saint-Laurent à Montréal. Il étudie ensuite en théologie dans les années 50 pour ensuite enseigner au Collège de Saint-Laurent. Il obtient une licence (maîtrise) en philosophie à Paris en 1961.

Tout en enseignant cette matière toujours au même collège, il entreprit en 1963 une scolarité de doctorat en philosophie à l'Université de Montréal. De 1964 à 1967, il travailla sur la pensée de Martin Heidegger, à Freiburg im Breisgau, sous la direction de Bernhard Welte.

 

"Monde et être chez Heidegger" lui permit d'obtenir le doctorat en philosophie de l'Université de Montréal en 1968. Il devint professeur de philosophie allemande contemporaine à l'UQAM de 1970 à 1993, moment où il prit sa retraite. Pendant cette période, il joint à l'enseignement différentes tâches de direction dans la même université : Module de philosophie de 1978 à 1980; Département de philosophie de 1980 à 1985; Programmes d'études interdisciplinaires sur la mort de 1985 à 1990. C'est en dirigeant ces derniers programmes qu'il fonda la revue Frontières, organe de recherche et de diffusion sur différentes problématiques de la mort et du deuil.

"Monde et être chez Heidegger", 584 pages, a été publié aux Presses de l'Université de Montréal en 1971. Publication d'articles en philosophie dans différentes revues, et collaboration à quelques collectifs. Puis en 1990, "Herméneutique", 211 pages, parut chez Fides.

Depuis sa retraite, surtout à partir du référendum de 1995, il travailla sur le manuscrit "Un peuple et sa langue". Et il a d'autres travaux en cours sur Heidegger, en particulier relatifs à la vérité et à la temporalité de l'être. D'autre part, un manuscrit sur Nietzsche portant comme titre "Langage et interprétation" est à quelques pages de son achèvement.

 

– 30 –

 

 

 

SOURCE :

Serge-André Guay, président éditeur

Fondation littéraire Fleur de Lys

TÉLÉPHONE : 418-903-1911 (Lévis, Québec)

ADRESSE POSTALE : 20 rue Duplessis, Lévis, Québec. G6V 2L1

ADRESSE ÉLECTRONIQUE : contact@manuscritdepot.com

SITE INTERNET PRINCIPAL : http://www.manuscritdepot.com

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires