Le marché immobilier de Québec poursuit sur sa lancée

François
François Cattapan
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le taux d'inoccupation des espaces à bureaux demeure à son plus bas, les flèches de grue se multiplient dans le ciel et le chômage se maintient avantageusement autour de 5 %, ce qui fait dire aux analystes et économistes que la capitale continue de se démarquer à l'échelle nationale.

Sur la photo : Luc Lévesque, président du conseil région de Québec de l’IDU Québec (Casot); François Bender, de Mark Bender et associés; Jean Laurin, président chez Newmark Knight Frank Devencore; Marie-France Benoît, directrice du développement Altus InSite; et Alain Roy, directeur général du Groupe Altus. (Photo gracieuseté IDU)

En effet, le constat général promet un bel avenir à moyen terme dans la région. Il semble que les chantiers de construction demeureront actifs selon ce qui ressort de la conférence annuelle de l'Institut de développement urbain (IDU) sur les perspectives du marché immobilier à Québec pour l'année 2012.

Parmi les aspects encourageants, on note la progression constante de la valeur des permis de bâtir. Ceux-ci ont atteint 1,04 G$ en 2006, 1,34 G$ en 2007, 1,41 G$ en 2008, 1,61 G$ en 2009 et 1,71 G$ en 2010. Pour 2011, on fracasse un record avec près de 1 G$ après les six premiers mois.

Toutefois, certains aspects pourraient ralentir la progression dans les années à venir, l'IDU souligne le vieillissement de la population, la faiblesse de l'immigration et la pénurie de main-d'œuvre.

Or, avec les nombreux projets dans l'air, dont le futur amphithéâtre, le réaménagement urbain du Plateau de Sainte-Foy et de la tête des ponts, ainsi que le projet de tramway, on garde néanmoins espoir que la région de Québec garde le rythme.

Organisations: IDU

Lieux géographiques: Région de Québec, Plateau de Sainte-Foy

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires