«C’est pas vrai pantoute »

Nicolas
Nicolas Bégin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

- Émile Loranger réplique à Daniel Dupuis

Piqué au vif par les propos de Daniel Dupuis, Émile Loranger en a long à dire sur les déclarations de son adversaire. Le maire sortant l’accuse de mentir pour faire peur à la population de L’Ancienne-Lorette.

Émile Loranger déplore les propos de son adversaire à la mairie, Daniel Dupuis. (Photo Archives)

Le chef d’Équipe Loranger réfute les allégations de son opposant au sujet d’une hausse éventuelle du compte de taxes, en raison de la concrétisation de projets majeurs sur le territoire. «C’est pas vrai pantoute. Si on prend le budget de cette année, il y a un poste d’immobilisations à même les revenus de 2 M$. C’est pour payer cash des trottoirs, des rues ou des camions pour éviter les emprunts.»

La Ville de L’Ancienne-Lorette aura remis 100% de ses rues à neuf d’ici 2011 grâce au Programme de renouvellement des conduites d'eau potable et d'eaux usées, ajoute-t-il. «Notre plus vieille partie du réseau aura 20 ans. C’est bon pour 45-50 ans.»

Le maire sortant tient à rappeler les investissements récents pour la réfection de la Maison des arts et de la culture, l’hôtel de ville et la bibliothèque, en plus de la construction d’un nouveau garage municipal et du renouvellement de la machinerie. «Pour les 10 ou 15 prochaines années, on n’aura pas un cent à investir de façon connue, mentionne-t-il, néanmoins conscient de la possibilité d’imprévus. On n’aura pas d’argent à investir de façon importante.»

La part de la Ville de L’Ancienne-Lorette pour la construction du centre multigénérationnel et la réfection de rues atteint 8,1 M$. «Le gouvernement fédéral nous finance pendant 15 ans au <@Ri>prime rate<$p> plus 0,5%. C’est un maudit bon taux.» Émile Loranger prévoit ainsi se servir du montant de 2 M$ consacré aux immobilisations pour payer la note à long terme, soit environ 660 000$ par année.

Bien beau avoir une piscine, encore faut-il prévoir les frais d’exploitation pour la faire fonctionner. «La dernière piscine comme nous autres qui a été faite coûte 550 000$ en opération, fait savoir Émile Loranger, lequel prévoit un surplus budgétaire de 1,5 M$ cette année. Et je ne tiens pas compte des revenus. Si on dit qu’il nous reste 1,3 M$ pour les immobilisations et que je soustrais 550 000$, il me reste 800 000 en liquidités. Sur 15 ans, ça 12 M$, plus les intérêts.» «Évidemment, nous ne sommes jamais à l’abri d’une catastrophe. Je ne suis pas en train de dire qu’on va geler les taxes pendant 25 ans, mais on peut se payer une piscine et un terrain de soccer.»

Prolongement de l’autoroute

Émile Loranger fustige aussi son adversaire lorsque vient le temps de parler de développer les terrains du ministère des Transports, jadis prévus pour prolonger l’autoroute Félix-Leclerc jusqu’à la route de l’Aéroport.

Le principal intéressé affirme travailler ce dossier depuis belle lurette. Il a été établi que les problèmes de congestion proviennent du nord et du sud et non de l’est et de l’ouest, rappelle-t-il. «Nous sommes très avancés dans ce dossier. Il (Daniel Dupuis) fait une campagne de récupération de mes idées. Il n’y a rien de neuf sous le soleil.»

Organisations: Ville de L’Ancienne-Lorette, Ministère des Transports

Lieux géographiques: Autoroute Émile Loranger, Autoroute Félix-Leclerc, Route de l’Aéroport.Le

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires