Budget 2017 : Québec trop dépensière selon l’opposition

Monica
Monica Lalancette
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

MUNICIPAL. Satisfaits par le gel des taxes et la diminution de la dette, les élus de Démocratie Québec jugent tout de même que la Ville « dépense trop ».

Yvon Bussières, Anne Guérette, chef de l'opposition officielle et Paul Shoiry, élus de Démocratie Québec. (Photo TC Media - Monica Lalancette)

Québec est la 2e plus dépensière parmi les 10 grandes villes québécoises, avance Mme Guérette, selon qui le budget et les investissements de la Ville pour 2017 n’ont rien pour améliorer le portrait.

« La dette descend et on est satisfaits, mais il ne faut pas oublier que c'est l'administration Labeaume qui l'a fait fortement monter cette dette-là », réagit la nouvelle chef de Démocratie Québec, Anne Guérette à la présentation du budget 2017 et du programme triennal d’immobilisation (PTI). Régis Labeaume a ajouté 529M$ à la dette depuis 2007, soutient Mme Guérette, pour qui ces dépenses expliquent la « surtaxation » des contribuables.

Les investissements majeurs dans le RTC laissent notamment les élus de Démocratie Québec sceptiques, alors que « qu’il n’y a pas d’amélioration dans l’achalandage », souligne Anne Guérette. Les sommes consenties au projet d’anneau de glace et du déménagement du Marché public de Québec demeurent tout aussi questionnables selon elle. La Ville fait bien de tirer profit des programmes gouvernementaux offerts, « mais on a entendu beaucoup les gouvernements nous parler d’infrastructures de transport en commun, d’électrification et de développement durable et le centre de glace ne s’inscrit pas selon nous dans ce cadre-là et ces argents-là devraient être redirigés ».

Québec a mobilisé 1,7G$ dans son programme triennal d’immobilisation pour financer ses projets d’infrastructures et présenté un budget de fonctionnement de 1,4G$ pour 2017, lundi.

À lire sur le sujet: Budget 2017 : Investissements « majeurs » pour les infrastructures

Réaction des gens d’affaires

Alors que les contribuables connaîtront un gel ou une baisse de leur compte de taxes, les propriétaires d’immeubles non résidentiels verront le leur grimper de 1,8%. « Au moins l’augmentation se maintiendra au même niveau que l’inflation », réagit le président et chef de direction de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, Alain Aubut. « Nous sommes heureux de ce résultat. Il correspond à l’augmentation du coût de la vie », commente pour sa part le président de la Corporation des parcs industriels de Québec Pierre Dolbec.

Un gel de taxes pour les gens d’affaires ne serait en revanche pas de refus, ajoute Alain Aubut. « Cette possibilité serait la bienvenue chez plusieurs commerçants », conclut-il.

TC Media

Organisations: Labeaume, Marché public de Québec, Chambre Corporation

Lieux géographiques: Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires